L' œil électronique pour aveugle

Oeil électronique

Depuis les années 90 , nous assistons à des innovations technologiques sans précédents .

Des aveugles auraient récouvré partiellement un semblant de vue .lorsque le nerf optique du sujet ne fonctionne plus , c' est assez délicat de lui restituer la vue . Donc certains chercheurs ont préférés occultés le nerf optique en privilégiants directement le cortex cerebral .

Voilà les differentes techniques employés par les chercheurs pour restituer un semblant de vue à des aveugles .

Technique 1 : une équipe de l'École polytechnique de Montréal met au point un œil électronique qui n'a besoin ni de la rétine ni du nerf optique (par Mathilde Regnault)

S'adresser directement au cortex visuel, en ignorant la rétine et le nerf optique, telle est l'idée de Mohamad Sawan, professeur à l'École polytechnique de Montréal, pour rendre la vue aux personnes souffrant de cécité. Son équipe, qui a commencé ses travaux en 1994, achève la mise au point d'un oeil électronique.

« Le principe d'un oeil électronique est relativement simple, explique Mohamad Sawan dans son laboratoire exigu bourré de composants électroniques. On connaît aujourd'hui la zone du cerveau qui analyse les données transmises par les yeux pour en faire des images. Il suffit de remplacer l'oeil déficient par une caméra, et de ne pas tenir compte du nerf optique pour apporter les informations au cortex visuel. » La puce s'adresse directement aux neurones, en leur fournissant les signaux qu'ils reçoivent en temps normal grâce au nerf optique.

La caméra qui remplace l'oeil humain est reliée à une plaque couverte d'électrodes, qui s'allument et s'éteignent en fonction des données reçues. Sur l'écran de l'ordinateur de contrôle, deux images : la vraie, et celle que pourrait voir un aveugle muni de cet équipement. Le dessin est plus grossier et les couleurs n'apparaissent pas, mais l'image est bien là.

Technique 2 : un œil électronique rend la vue à huit aveugles (par le Docteur Joao Lobo ANTUNES)

Un neurochirurgien portugais a implanté un œil électronique à huit aveugles. Ils arrivent aujourd'hui à s'orienter seuls et à distinguer des formes. Un procédé réservé à certains types de non-voyants.

Huit aveugles peuvent aujourd'hui « voir » suffisamment pour recouvrer une certaine autonomie grâce à l'implantation d'un œil électronique.

Des opérations réalisées discrètement en avril dernier dans un hôpital de Lisbonne, au Portugal, par le neurochirurgien portugais Joao Lobo Antunes, dans le cadre d'un programme du Dobelle Institute américain. Les résultats ont été soumis pour publication à la revue américaine Journal of the American Society for Artificial Internal Organs.

L'opération, qui dure quatre heures sous anesthésie générale, consiste à implanter une petite plaque de plastique munie de 16 électrodes dans le crâne afin de stimuler le cortex visuel et la production de phosphènes.

Une caméra miniature fixée sur les lunettes du patient retransmet les images à un petit ordinateur porté en Bandoulière, lui même relié par des électrodes au cortex.

Le premier prototype a été expérimenté en 2000 sur un Américain

En avril dernier le Canadien Jens (39 ans), les Américains Dennis (27 ans), Gerald (77 ans) et Keith (42 ans), le Britannique Kenneth (70 ans), l'Italienne Marina (41 ans), l'Argentin Edmundo (51 ans) et l'Allemand Klaus (51 ans) ont subi avec succès l'opération à l'hôpital privé de CUF à Lisbonne. Leur champ de vision diffère, mais aujourd'hui ils arrivent à s'orienter dans l'espace tout seuls et à distinguer les formes de personnes ou d'objets.

Quatre d'entre eux réussissent à « voir » des couleurs, selon le Dobelle Institute. Jens a même pu conduire une voiture — à vitesse réduite — sur un circuit privé, sans pouvoir se servir toutefois des rétroviseurs dont le niveau de ésolution est trop faible.

Améliorations à apporter

« Il faut savoir qu'il y a encore beaucoup à améliorer », avertit toutefois Joao Lobo Antunes, interrogé par le quotidien portugais Diario de Noticias.

« Les risques d'infection ne sont pas encore totalement quantifiés », explique-t-il. Le logiciel doit aussi être retravaillé afin d'obtenir une meilleure définition de l'image et une meilleure vision.

L'implant de « l'œil Dobelle » ne peut être réalisé que sur des non-voyants qui ne sont pas aveugles de naissance ou dont le cortex visuel n'a pas été endommagé.

Joao Lobo Antunes, neurochirurgien de renom au Portugal, a entamé sa collaboration avec le médecin américain William Dobelle en 1975 aux Etats-Unis.

Le Dobelle Institute indique qu'il va commencer à commercialiser son système de vision artificielle. Le coût de l'opération s'élève à 75.000 dollars environ.

Suite à l'implantation d'un oeil électronique, huit aveugles dont un Canadien, peuvent maintenant « voir » suffisamment pour retrouver une certaine autonomie. Ces opérations du neurochirurgien portugais Joao Lobo Antunes, ont été réalisées dans le cadre d'un programme du Dobelle Institute, aux États-Unis.

La délicate opération dure quatre heures sous anesthésie générale et consiste à implanter une petite plaque de plastique munie de seize électrodes dans le crâne afin de stimuler le cortex visuel et la production de phosphènes. Une caméra miniature fixée sur les lunettes du patient retransmet les images à un petit ordinateur porté en bandoulière, lui même relié par des électrodes au cortex.

Outre le Canadien de 39 ans, les autres «cobayes» sont trois Américains (27, 42 et 77 ans), un Britannique (70), un Argentin (51 ans), une italienne (41 ans) et un Allemand (51 ans). Si leurs visions diffères, ils arrivent tous à s'orienter dans l'espace et à distinguer les formes de personnes ou d'objets. Quatre d'entre eux réussissent même à percevoir certaines couleurs. Le Canadien a même pu conduire une voiture sur un circuit privé, sans pouvoir se servir toutefois des rétroviseurs dont le niveau de résolution est trop faible.

L'implant de cet oeil ne peut être réalisé que sur des non-voyants qui ne sont pas aveugles de naissance ou dont le cortex visuel n'a pas été endommagé.

Le Dobelle Institute pourrait commercialiser son système de vision artificielle dans un proche avenir. Le coût de l'opération s'élève à 75 000 dollars environ.